Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Humour Actualités Citations et Images

Opération TORCH : dimanche 8 novembre 1942

11 Novembre 2012 , Rédigé par Pat Publié dans #news

 

QUI CONNAIT L'OPERATION TORCH ?

8 novembre 1942……. 8 novembre 2012

70 ème anniversaire de l’opération TORCH

Le 8 novembre 1942, les troupes anglaises et américaines débarquent en Afrique du Nord sous le commandement du général américain Dwight Eisenhower. C'est l'opération «Torch».

Cette date du 8 novembre 1942 marque le premier succès allié de la Seconde guerre mondiale. Il a été rendu possible par la résistance locale à 80% juive qui a permis aux américains et aux anglais de débarquer en Afrique du Nord et de libérer Alger.

 debarquement-sur-la-plage-de-sidi-ferruch.jpg

 

Débarquement des troupes américaines sur la plage de Sidi-Ferruch.


Les préparatifs

 

La Grande Bretagne a manqué de peu d’être envahie, et le front russe est prêt de céder lorsque les américains décident, au printemps 1942, d’ouvrir un second front pour soulager les forces soviétiques qui combattent les Nazis à l’Est. L’Afrika Korps, sous les ordres du général Rommel, est par ailleurs sur le point d’atteindre le canal de Suez comme le redoute Churchill, conscient de la puissance que gagnerait l’Axe en s’emparant de cette nouvelle voie navigable qui débouche sur l’Océan indien. L’opération Torch prend ainsi naissance au plus fort de la domination allemande.

Le gouvernement de Vichy, particulièrement bien implanté en Afrique du Nord, laisse craindre un échec d’un débarquement américain. Ce sont deux groupes de patriotes français favorables à la cause alliée qui, prenant contact avec des diplomates de l’O.S.S. (actuelle C.I.A.), permettent de rendre viable le projet. A leur tête, deux cousins, d’origine juive: Roger Carcassonne à Oran et José Aboulker à Alger.

Depuis janvier 1941 s’était déjà constitué, à Alger, un groupe juif d’autodéfense et de résistance armée, sous l’initiative d’André Temime, Emile Atlan, Jean Gozlan et Charles Bouchara. Leur but était de défendre les Juifs en cas d’émeute. Ils s’organisent au sein de la salle de sport Géo-Gras, avec Paul Sebaoun.

Vendredi 6 novembre 1942, José Aboulker, l’un des responsables de cette opération, convoque les chefs de réseaux au domicile du professeur Henri Aboulker, 26 rue Michelet, quartier général. Ils sont accueillis par Colette Aboulker. Le colonel Jousse et H. d’Astier de la Vigerie présents, annoncent que le débarquement aura lieu dans la nuit du 7 au 8 novembre.
Samedi 7 novembre, la B.B.C. diffuse : « Allo, Robert…Franklin arrive ».

 

L’ opération « Torch » était déclenchée ...

 

convoi-camions-debarquement-torch-1.jpg

                Convoi de camions venant de débarquer.

 

Le débarquement proprement dit

Le 8 novembre 1942, 107 000 hommes placés sous le commandement du général Eisenhower,débarquent en Afrique du Nord, assistés par la résistance locale à Alger d’un côté, et accueilli sous le feu de la mitraille vichyste,

Les 2/3 de ces patriotes sont juifs. A leur tête, José Aboulker, un jeune étudiant en médecine de 22 ans.

 

jose-aboulker.jpg

 

                José Aboulker,Compagnon de la libération

José Aboulker installe le poste de commandement au commissariat central avec le consentement du commissaire André Achiary, chef de la brigade spéciale de surveillance du territoire, mis au courant de l’opération. Le préfet d’Alger est limogé par Jacques Zermati, officier parachutiste.

Sous les ordres d’Henri d’Astier de la Vigerie, de José Aboulker et de Bernard Karsenty, les résistants poursuivent l’occupation des points stratégiques : l’Amirauté, la Préfecture, la Grande Poste, le XIXème Corps d’Armée, la Radio, le Palais d’Eté, résidence du Gouverneur général de l’Algérie, la Villa des Oliviers, résidence du général Juin, le Palais d’Hiver (état-major du général Juin) et d’autres points névralgiques.

 

Cette entreprise concertée a permis le succès historique et héroïque du débarquement des troupes anglo-américaines en neutralisant et prenant pendant une journée, le contrôle de tous les points stratégiques avec seulement 400 hommes dont 80% étaient juifs, alors qu’il était prévu 1000 à 1200 hommes.

Ces formidables opérations permirent aux troupes alliées de pénétrer dans cette grande ville d’Alger, tout en maîtrisant les forces armées, la police et les secteurs vichystes du P.P.F. de Doriot (les Croix de Feu).

 

D’après Sidney Chouraqui, « L’opération TORCH » in Chroniques des communautés juives d’Algérie aujourd’hui disparues publié par MORIEL

 

Dans l'espace MORIEL ISRAEL de notre site, lisez les émouvants témoignages des acteurs de l'opération TORCH ou de leurs descendants recueillis grâce au travail persévérant de Lucien GOZLAN

Partager cet article

Commenter cet article